Grand dossier : Gagner contre les meilleurs

CHAPITRE 2 : CONNAÎTRE SON ADVERSAIRE

 »Mtl used matchups deftly…Mtl was more patient, more committed to their schemes…lower hockey IQ, didn’t adjust well on ice to new schemes »

-Bob McKenzie, TSN, via Twitter

Traduction libre : Montréal a suivi le plan de match : plus patient, plus dévoué dans les couvertures. Le QI-hockey de Washington étant moins élevé, ils n’ont pas été capables de s’adapter.

Bref, façon polie de dire que Martin connaît pas mal mieux sa game que Boudreau. Et que nos gars sont plus responsables. Pas une grande surprise, à tout le moins pour les lecteurs de ce blogue. Ovechkin n’est pas du genre à se forcer en défensive, il cherche plutôt à se faire discret et à filer en douce avec la rondelle. Pourtant, combien a-t-on vu d’échappées dans la série? De mémoire, zéro. Quand tu joues responsable, tu limites les risques.

Crosby n’est pas Ovechkin. Pas aussi explosif, c’est sûr. Mais beaucoup plus responsable : il n’hésite pas à revenir en zone défensive pour reprendre la rondelle. Et, pour reprendre encore une fois Bob McKenzie, Crosby n’affirmera pas avoir vu la main de Halak trembler…

Nous devons nous préparer à du hockey intelligent. Dan Bylsma, l’entraîneur des Penguins, n’est pas un grand stratège. Meilleur que Boudreau à ce niveau, mais encore loin de Martin. Sauf que Bylsma compte sur un club beaucoup plus malléable que Boudreau. C’est plus facile d’appliquer le plan de match quand ton capitaine et meilleur joueur, Ti-Crosse, joue déjà  »dans les deux sens de la patinoire »*.

——

J’ai compilé les statistiques en séries des joueurs de Penguins et je peux vous dire que c’est un peu plus impressionnant que celles des Caps. 21 Coupes, 13 présences en finale, 1172 match joués. Des bons vétérans de séries, et les Crosby, Staal et Malkin, qui ont déjà plus de matchs joués en séries qu’un gars comme Spacek. Impressionnant.

—–

J’ai aussi compilé les statistiques des affrontements Pittsburgh-Montréal de cette année, disponibles sur demande. 3 victoires pour Pittsburgh. Mais on remarque un point important : parmi les joueurs actifs en séries, les gars de Pittsburgh ont joué 68 matchs contre le Canadien cette saison, contre 51 pour les gars du CH. Pourquoi un tel déséquilibre s’ils ont joué seulement 4 matchs l’un contre l’autre? Les blessures. 12 joueurs de Pittsburgh ont joué les 4 matchs contre le CH, qui en présente seulement 5. Pis encore, parmi les gars des deux premières lignes et paires de défense, Pittsburgh a manqué 6 matchs, Montréal, 16.

Bref, tout le monde va vous parler de la fiche de Pittsburgh contre nous cette année, de sa profondeur, du fait que ses défenseurs sont un peu meilleurs que ceux de Washington. OK, mais on va leur répondre que notre club a appris à jouer ensemble après une adaptation lente en raison des blessures, et que nos gars ont la meilleure motivation qu’ils peuvent avoir : jouer contre le meilleur club, encore une fois.

Bon long après-midi

Dr. CH

*Jouer dans les deux sens de la patinoire : Appliquer un style de jeu qui privilégie tout autant l’offensive que la défensive. Le ratio offensive/défensive peut varier selon le joueur et la position.

Publicités

Une Réponse to “Grand dossier : Gagner contre les meilleurs”

  1. Gilles G Gourgues Says:

    J’aime constater que tu apprécies maintenant le travail du Kid à sa juste valeur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :