Archive for septembre 2010

L’entraînement des vedettes…

30 septembre 2010

Alors que la pré-saison est presque terminée, certains joueurs commencent à se sentir en forme et à perdre leur gras de saison morte. Malheureusement pour eux, certains de leurs adversaires et coéquipiers n’ont su que cette saison était morte que par l’absence de matchs. Le reste du temps : l’entraînement.

James Duthie, de TSN, rapportait cette semaine l’entraînement que Steven Stamkos et quelques autres collègues de la LNH ont suivi avec l’ancien culturiste/joueur de hockey Gary Roberts. Il est très intéressant de voir comment le hockey a évolué : de Maurice Richard qui déménage et boit une bière avant un match à Michael del Zotto, 20 ans, qui mange de la luzerne pour être plus en forme. Roberts, lui-même assez spartiate, fait subir à ses jeunes un entraînement qui se rapproche de ce que les cyclistes se tapent. Pour des kids qui se font dire depuis dix ans de prendre de la masse musculaire, un entraînement général, qui agit sur tout le corps, ça fait changement.

Le hockey étant un sport où le talent peut être compensé, par le physique ou la motivation, imaginez maintenant un Steven Stamkos, avec un talent incroyable et une fougue de jeunesse, qui se met en plus à l’entraînement sévère. Imaginez le décalage avec les gars de la Ligue qui ont passé leur été à la plage. Imaginez le décalage avec les gens dans les estrades qui mangent leurs hot-dogs. Parce que la situation est assez contradictoire : alors qu’on prépare nos pools et qu’on appelle Ron pour parler de l’entraînement des jeunes, alors que l’on se pâme sur les performances de  »nos » athlètes, nous, nous devenons de plus en plus obèses.

Vivement la fin de la saison de bicycle, qu’on puisse retourner aux habitudes de hockey…

Bon match

Docteur CH

Le Carey est mon gardien, rien ne saurait me manquer…

27 septembre 2010

Nouvellement greffé à l’équipe de consultation du Docteur CH à titre de spécialiste de la psychologie des masses amatrices, domcou a publié un premier article très intéressant la semaine dernière sur le Syndrome de l’Instabilité Émotive Partisane (SIÉP).

Le Docteur CH partage en bonne partie l’analyse de son nouveau collègue. Toutefois, il y a divergence d’opinion sur la réaction de Carey Price face aux huées. Si domcou croit que Price eut dû garder le profil bas, votre Docteur croit plutôt que les fameux  »matchs pré-saison qui ne veulent rien dire » représentent l’occasion parfaite pour Price de pratiquer un atout majeur pour les vedettes du CH : la maniement de fans morons.

Et je crois qu’à ce niveau, Price a très bien joué. Sans les bousculer, Price a montré aux fans morons que leurs huées n’atteignaient pas sa confiance en ses capacités. Plutôt, on eut dit qu’il semblait désabusé à l’idée que quelques personnes puissent être aussi dénuées de savoir-vivre et de connaissance de la  »game ». Parce qu’au fond, Price croit en son talent et sait que l’administration et l’équipe y croient aussi. Et le reste de la Ligue aussi. Il ne reste donc que les fans montréalais à convaincre (en partie) et ceux-ci décident de la chahuter à chaque erreur, pourtant nécessaire à tout apprentissage.

J’en reviens à mon exemple habituel : quand un enfant apprend à faire du bicycle, on ne le chicane pas quand il tombe. À passer son temps à critiquer et diminuer cet enfant, on fait de lui la personne qui nous tuera plus tard (comme on l’a vu dans plein de films). Et on ne veut surtout pas que Price vienne nous tuer plus tard, en gardant les buts d’un autre club. C’est pour ça qu’on ne hue pas. Ça, et le fait que c’est très prétentieux que de s’octroyer le droit d’être juge et bourreau d’une performance sportive qui se situe à des lieues de ce que l’amateur moron peut espérer reproduire en infime partie dans sa vie…

Bref, I stand by my man. Je supporte Carey et sa sortie, parce qu’il envoie le message aux gens qui huent qu’il est à Montréal pour y rester, et qu’il y restera bien plus longtemps que ceux-là. Parce qu’un jour, quand la promotion du CH sera revenue à des niveaux réguliers, quand Pierre Boivin quittera son poste, les fans morons trouveront soudainement que le Centre Bell n’est plus le bon endroit pour aller flasher ses billets de compagnie et ses gilets d’équipe Édition Spéciale. Alors ils s’en retourneront aux galas de boxe et à la Formule 1.

Bon match ce soir

Docteur CH

Portrait du CH 2010-2011 – Les gardiens

21 septembre 2010

Votre docteur étant remis de la nouvelle de l’échange d’Halak depuis le moment où c’est arrivé, il a pu réfléchir à tête froide à la composition de notre alignement de gardiens pour cette saison. Et il est content. Voici ce qu’il en pense :

-Carey Price. Reste-t-il quelque chose à dire sur notre gardien numéro 1? On connait le potentiel, la motivation et l’intention. On connait aussi les distractions. La différence, cette année, c’est que le club le supporte. Disons que ça aide aussi de ne plus toujours être comparé. Carey demeure un jeune homme, et il a besoin de sentir que son travail est apprécié, autant par ses coéquipiers que par ses fans. Ceux-ci l’ont d’ailleurs ovationné la semaine dernière. Je m’attends à une belle saison de sa part.

-Alex Auld. Auld est un gardien correct, qui n’a jamais excellé  »comme il était prévu ». Après avoir roulé sa bosse comme deuxième gardien à travers la Ligue, il arrive à Montréal avec l’espoir d’être le second de Price. Ça reste à voir, puisqu’il n’a pas été extraordinaire au camp d’entraînement, semble-t-il.

-Curtis Sanford. N’ayant jamais été repêché et n’étant pas un mastodonte comme Auld, Sanford n’a jamais eu la pression de la performance comme ce dernier. Il a eu une bonne saison l’an dernier à Hamilton et connu quelques bons flashs à St. Louis et Vancouver dans le passé, notamment en remplaçant très bien Luongo durant sa blessure 2008-2009. Il devait commencer la saison à Hamilton, mais il reste à voir si Auld se replacera en pré-saison.

Donc on se retrouve avec un excellent numéro 1 et deux backups capables, qui seront surtout de bons professeurs pour Price. Ils sont dans la LNH depuis un certain temps et ont connu toutes sortes de hauts et de bas.

Et voilà, les rails sont posés et on y embarque la locomotive. Début des matchs pré-saison ce soir, 19 heures. Bonne saison!

Docteur CH

Portrait du CH 2010-2011 – La défense

19 septembre 2010

Reportons-nous l’an dernier : 3 nouveaux défenseurs (Spacek, Gill et Mara) très peu connus de l’amateur régulier, une réorganisation complète du système de jeu par M. Martin et, le comble, la blessure de Markov au premier match de la saison. Malgré tout, le CH a fini la saison au 12e rang pour les buts contre et au 11e rang à égalité pour l’efficacité du désavantage numérique. Portrait du corps défensif 2010-2011 :

1. Andreï Markov. Assurément dans le top 5 de la LNH, Markov fait maintenant l’objet de critiques quant à sa durabilité. Je vous invite à rire des gens qui tiennent un tel discours, parce que je ne connais pas beaucoup de joueurs qui seraient passés à travers un cross-check de Grabovski, un coup de patin de Price et un coup ala Matt Cooke de Matt Cooke. Et cette dernière blessure est en réparation. Toutefois, le retour prévu à la fin novembre semble plutôt se transformer en retour à la mi-octobre. C’est qu’il guérit assez vite, M. Markov. Bref, en santé, le général pourrait se diriger vers une saison de 60 points.

2. P.K. Subban. La machine a maintenant un poste assuré sur une des deux premières paires de défense. On a vu toute la fougue et la puissance qu’il peut dégager, nous verrons maintenant s’il arrive à le faire sur 82 matchs. Il arrive souvent qu’un jeune brûle la Ligue à sa première année et connaisse une baisse de régime la saison suivante. Mais il arrive aussi qu’un jeune veuille tellement qu’il ne ralentisse que lorsqu’il atteint 35 ans. P.K. fait partie de ce deuxième groupe. Watch out, ce sera magnifique.

3. Roman Hamrlik. Le meilleur professeur de LNH pour Subban sera vraisemblablement son partenaire de jeu. Hammer est encore capable de prendre la pression et conserve sa capacité de ne pas faire d’erreurs, tout en n’étant pas étincelant. Reste à voir si sa blessure au genou subie lors du camp d’entraînement l’empêchera de débuter la saison. Le cas échéant, nous devrons nous attendre à un lent début de sa part, puisque la mise en forme est plus difficile ces dernières années.

4. Josh Gorges. Constance, durabilité, efficacité. Comme toujours, Gorges connaîtra une bonne saison, se présentera à tous les matchs, jouera sur le premier désavantage numérique et continuera à nous rappeler que nous contents de l’avoir obtenu en échange de Craig Rivet.

5. Hal Gill. La vedette des dernières séries, Gill sera encore cette année dans les leaders pour les tirs bloqués. Toutefois, il ne faut pas s’attendre à la voir dominer comme il le faisait en séries. Oui, son coup de patin laisse à désirer. Oui, il se fera passer des tasses de café de temps en temps. Mais la différence avec l’an passé est que, quand je vous dirai que ça ne fait rien et qu’il sera bon en playoffs, vous me croirez parce que vous l’aurez vu.

6. Jaroslav Spacek. Guéri de sa maladie mystérieuse du printemps passé, Spacek sera avantagé par la plus grande stabilité de la défense de cette année (excluons la possibilité qu’il y ait autant de blessures que l’an dernier). Capable de jouer dans toutes les situations et de le faire plusieurs minutes par match, Spacek demeure selon moi la clé de la profondeur en défense du CH : il peut remplacer n’importe qui.

7. Ryan O’Byrne. Septième défenseur deluxe, O’Byrne, dans un monde sans blessures, ne jouerait pas un match cette année. Mais le hockey étant ce qu’il est, on peut s’attendre à ce qu’il fasse bien son travail défensif. Il est maintenant beaucoup plus mature, toujours aussi gros et imposant dans sa zone, O’Byrne représente le meilleur septième défenseur de la LNH.

8. Alex Picard, Yannick Weber, Alex Henry et Mathieu Carle. Ces quatre-là seront les rappelés en cas de blessures nombreuses et/ou prolongées. Chacun d’entre eux à une spécialité, ce qui permet de remplacer un régulier blessé par un joueur qui lui ressemble. Disons que ça facilite grandement l’adaptation.

Encore une fois cette année (même plus que l’an passé), le CH présente une brigade défensive parmi le top 10 de la Ligue. Et comme je le disais, cette année, en plus, vous savez que j’ai raison.

Docteur CH

Portrait de la saison 2009-2010…

16 septembre 2010

…selon la fréquentation mensuelle sur le blogue du Docteur CH :

Portrait du CH 2010-2011 – Les deux lignes de profondeur

15 septembre 2010

Dans le dernier post, nous avons analysé les combinaisons envisageables pour les deux premiers trios, afin d’entourer nos duos Gomez-Gionta et Plekanec-Cammalleri. Maintenant, les 3e et 4e lignes, qui comprennent les principaux délégués en désavantage numérique et autres  »rôles de soutien », sont elles aussi sujettes à des modifications en cours de saison. Blessures, hot streak, cold streak, matchs serrés et autres influenceront la composition de ces trios.

Commençons par les évidences.

-Jeff Halpern sera le centre du 4e trio. Il connaît et apprécie son travail et son apport à l’équipe, notamment le fait qu’il enlèvera des épaules de Plekanec des nombreuses minutes de désavantage numérique efficace.

-Travis Moen, Maxim Lapierre et Dustin Boyd ont tous un poste assuré, vu leur efficacité dans un rôle défensif/brasseur de trouble. En plus, ils ont tous trois des capacités offensives appréciables.

-Benoît Pouliot, Andreï Kostitsyn, Max Pacioretty et Lars Eller. Deux de ces messieurs ne pourront obtenir une place sur les deux premiers trios en début de saison, et devront se rabattre sur le 3e.

Si l’on fait le calcul, les six places disponibles sur les 3e et 4e trios sont donc occupées. Qui reste-t-il? On peut s’attendre à ce que Ben Maxwell, Ryan White et Tom Pyatt commencent la saison à Hamilton. Malheureusement pour ce dernier, sa belle performance de l’an dernier ne lui a pas assuré un poste. Et Mathieu Darche devrait donc être le 13e attaquant au début de la saison.

Bref, contrairement aux autres années, il n’y a pas de réelles chances qu’un jeune joueur se mérite un poste régulier cette saison. Et même une prestation extraordinaire en pré-saison ne devrait pas changer la donne. Les 13 joueurs réguliers vus ci-haut ont tous (du moins, nous présumons) des contrats one-way. En d’autres termes, il ne peuvent être envoyés à Hamilton sans passer par le ballottage. Vous devinez donc que cette option est écartée.

Ça nous laisse donc avec un alignement assez bien établi et très bien préparé en cas de blessures, puisque presque tous les joueurs peuvent effectuer presque toutes les jobs, pour des durées plus ou moins longues. Ainsi, la profondeur du Canadien sera très utile, surtout au printemps…

Docteur CH

Portrait du CH 2010-2011 – Les deux lignes d’attaque

14 septembre 2010

Les 210 buts comptés par le Canadien l’an passé le plaçait au 25e rang de la LNH, à égalité avec Toronto. Au niveau des tirs, le CH se plaçait aussi au 25e rang, avec 2346. Deux explications viennent rapidement en tête : les blessures subies par notre corps offensif et l’adaptation à un système de jeu préconisant le contrôle de la rondelle,  »défensif », diront certains.

Face à cette situation, les amateurs sont en droit de se demander si le Canadien de cette année marquera davantage de buts que Columbus ou New York-I. Réponse : analyse des deux lignes d’attaque du Canadien.

Encore une fois cette année, il n’existe pas de réel premier trio ou premier centre. Plutôt des combinaison prédéterminées. Nous connaissons déjà la chimie reliant Gomez et Gionta, et celle, développée l’an dernier, entre Plekanec et Cammalleri. Il s’agit donc de deux solides duos, mais comment les transformer en trios?

Cinq joueurs pourraient avoir la chance de se greffer à l’un ou l’autre des duos et profiter de sa chimie et de son talent. Les voici :

1. Andreï Kostitsyn. 25 ans et une saison de 53 points derrière la cravate, celui qu’on peut maintenant appeler simplement Kostitsyn possède le talent pour se tailler une place sur les deux premiers trios pour toute la saison. Reste à voir si le départ du petit frère aidera à régler les problèmes de constance.

2. Benoît Pouliot. 23 ans et toute la pression d’avoir été un quatrième choix overall, Pouliot demeure un des rares power forward de la Ligue à savoir patiner aussi bien et aussi vite. Lui aussi aux prises avec des lacunes au niveau de la constance, il présente en contre-partie un excellent complément physique à nos deux duos, qui se situent plutôt on the short side.

3. Max Pacioretty. Encore plus jeune de deux ans, ce qui explique une bonne partie des problèmes de constance qui lui ont été reprochés, Max a tout les outils pour devenir un excellent attaquant de puissance. Jumelé à la fougue d’un Gionta ou d’un Cammalleri, ça pourrait faire des flammèches. Reste à voir si ce sera cette année…

4. Lars Eller. Le meilleur joueur des 5 candidats en terme de talent pur, Eller est aussi le plus complet des 5, comme le mentionne Dobber Hockeyhe is good at everything, but great at nothing. Tout de même, Eller devrait commencer la saison sur le troisième trio, mais, s’il est promu sur une des deux lignes d’attaque, ce sera pour y rester.

5. Alexander Avtsin. Si un joueur avait une chance de craquer l’alignement cette année suite au camp d’entraînement, ce serait Avtsin. On ne se fait pas d’à-croires, mais le power forward russe pourrait réellement impressionner au camp : on le dit très habile tout en étant assez imposant devant le filet et dans les coins. Tout de même, le fruit n’est pas tout à fait mûr, mais si les autres candidats ne produisent pas, Gauthier pourrait être prêt à croquer dans la pomme avant qu’elle ne soit toute rouge…

Bref, on remarque une tendance : chacun de ces 5 candidats cadre dans la définition Benoît Brunet du  »gros bonhomme ». Et à l’exception d’Eller, on parle tous de futurs attaquants de puissance, ce qui est une bonne nouvelle et une excellente façon de combler la fameux manque de grosseur à l’attaque reproché par tous les RDS de la ville.

Dans le prochain post, les deux lignes  »de profondeur », qui pourraient inclure certains des joueurs ci-haut

Docteur CH

Les nouveaux canadiens

7 septembre 2010

Plus que 10 jours avant le début des camps d’entraînement, il vous sera beaucoup plus facile d’apprivoiser votre équipe cette année. En effet, plutôt qu’une dizaine de joueurs réguliers comme l’an dernier, la récolte de cette année sur le marché des joueurs autonomes a été beaucoup plus modeste, étant donné le noyau solide du club. Voici donc les 4 acquisitions de l’été qui devraient/pourraient  »craquer » l’alignement cette année :

1. Lars Eller. Obtenu en retour de Jaroslav Halak, la recrue danoise possède un talent certain pour construire des jeux. À 6’1 et 200 livres, il peut jouer dans le trafic, et le faire à partir du centre ou de l’aile gauche, ce qui est une excellente nouvelle. Il devrait commencer la saison au centre du 3e trio, mais pourrait mériter du temps de jeu sur les deux premiers trios. Avec un sens défensif bien développé pour son âge, il cadrera à merveille dans le système de jeu de Jacques Martin. Au final, on parle d’un potentiel du style Plekanec, quoique plus physique. Mais bien sûr, on ne s’attend pas à ce qu’il le développe cette année.

2. Dustin Boyd. Obtenu dans l’échange qui nous débarrassait de Sergeï K, Boyd est, contrairement à ce dernier, un joueur motivé. On ne parle pas ici d’un immense talent offensif, mais d’un joueur intelligent, qui sait se placer sur la glace. Lui aussi versatile (il peut jouer au centre ou à l’aile), il s’entendra aussi très bien avec le coach Martin, puisqu’il s’agit d’un joueur d’équipe et possédant un sens défensif. En plus, son joueur préféré est Teemu Selanne. On parle ici d’un gars de troisième trio qui peut rendre des services sur les premières lignes au besoin.

3. Jeff Halpern. Signé aujourd’hui même, Halpern est un leader et un solide attaquant défensif. On ne le verra jamais au-dessus de la troisième ligne, mais la chimie pourrait être très belle avec Darche, par exemple. En fait, il s’agit du remplaçant de Metropolit et Moore : un gars d’équipe qui accepte son rôle. Et si vous entendez des gens critiquer la signature d’Halpern au lieu de Metropolit ou Moore, vous pourrez répliquer que l’avantage majeur de Jeff Halpern est qu’il était disponible après que Price eut signé son contrat…

4. Alex Auld. Journeyman par excellence (8 équipes en 8 saisons), le point majeur de la carrière de Auld est d’avoir été impliqué dans l’échange de Luongo à Vancouver. On parle d’un gardien correct, qui fait un bon travail en relève. Il a l’avantage d’être un gros maudit goaler (6’4 et 225 livres), un peu plus que Price. Ainsi, le style de jeu n’aura pas à être adapté quant il prendra la relève.

Bref, 4 acquisitions qui seront, pour cette année, de bons joueurs de soutien. Pour les autres, Ian Schultz est un bon espoir, Alex Picard jouera à Hamilton et Karri Ramo présente un potentiel certain dans les buts. Ne le dites pas trop fort, mais ce dernier pourrait bien avoir été amené ici en tant que safety si Price n’assure pas. Moi, je vous assure que ça n’arrivera pas.

Bonne saison