Archive for novembre 2010

Le système Martin – La responsabilité

26 novembre 2010

Un bon coach doit inspirer le respect. Par sa carrière de joueur, son passé d’entraîneur, sa stature, ses succès passés, ses colères, etc. Tous les joueurs ne sont pas Mathieu Darche, et la plupart d’entre eux ont besoin d’un modèle qu’ils respectent pour les pousser à donner leur maximum à chaque match.

Ce que Jacques Martin apporte à ses joueurs, c’est avant tout un sentiment de faire partie de quelque chose, appelez ça une famille ou un groupe fortement soudé. Moi, je vois ça comme un bateau. Si tout le monde rame au meilleur de ses capacités, le bateau avancera à bonne vitesse, même si quelques joueurs se laissent aller. Le travail du coach est de s’assurer qu’un nombre suffisant de rameurs travaillent en même temps pour que le bateau continue à avancer. Et pour ce faire, il doit leur faire comprendre qu’ils sont responsables non pas juste d’eux-mêmes, mais de tous les joueurs de l’équipe entre eux.

Et ça, Jacques Martin l’a fait à merveille. Parce que le Canadien, de club de joueurs individuels qu’il était sous les Kovalev, Higgins, Ryder, Kostitsyn première version, Grabovski, Latendresse et autres, est devenu une équipe, avec un sentiment d’appartenance. Une équipe où le crest à l’avant du chandail est plus important que le nom à l’arrière*. Vous en connaissez beaucoup, vous, des jeunes défenseurs vedettes qui se garrochent sur la glace pour bloquer un tir comme PK le fait?

Une équipe responsable, c’est une équipe qui met sur un pied d’égalité un but empêché et un but marqué. C’est où équipe au sein de laquelle les joueurs optent pour l’action qui a le moins de conséquences négatives. Non, ça ne fait pas des matchs très spectaculaires au premier abord. Mais lorsque regardés attentivement, ces matchs nous montrent toute la subtilité du jeu. Un peu comme un match de football canadien joué à -20 degrés. Plus on est attentif, meilleur est le match.

Comment peut-on mesurer cette responsabilité? Très simplement, on regarde le différentiel des joueurs (même si ce calcul ne démontre pas toujours toute la réalité). Et en ce moment, Cammalleri, Halpern et Picard se retrouvent dans les meneurs de la Ligue, respectivement à +10, +8 et +8. En fait, seuls 5 joueurs du CH ont un différentiel négatif, dont Gill, Pyatt et Lapierre, qui affrontent les meilleurs trios adverses tout en étant limités dans leur talent offensif (et donc dans leurs occasions d’augmenter leur différentiel).

Bref, on peut être fier du système implanté par Jacques Martin, où chaque joueur pense à ses coéquipiers et à son club autant qu’à lui-même. Et ce sera bon ce soir, parce qu’on affronte des Thrashers qui ont sensiblement la même façon de voir les choses…

Bon match,

Docteur CH

*Je pense qu’il s’agit d’une des devises écrite dans le vestiaire des Flyers, comme quoi ce club n’a pas que du mauvais…

Publicités

Le système Martin

25 novembre 2010

Quel beau réveil ce matin! Alors que la saison est à son premier quart, le Canadien se retrouve ce matin au troisième rang de la LNH. Si plusieurs fans et analystes prévoyaient une belle saison au CH, il demeure que nos hommes jouent drôlement bien, et il le font sur une base régulière. En effet, le Canadien ne perd jamais plus de deux matchs en file, et cela ne lui est arrivé qu’une seule fois!

Et on peut dire merci à Jacques Martin pour cela. Pourquoi? Pour la responsabilisation et la motivation des joueurs, et pour l’établissement d’un système de jeu particulièrement efficace.

Efficace à quel point? Au point où le Canadien accorde moins de deux buts par match en moyenne; seul Boston fait mieux. Au point où l’on tue 9 pénalités sur 10; encore une fois, seul Boston fait mieux. Au point où, pour la première fois depuis un bon bout de temps, on tire plus que l’adversaire. Au point où le différentiel additionné de tous les joueurs de l’équipe arrive au 4e rang de la Ligue.

Dans les prochains articles, nous analyserons ces statistiques pour en découvrir les tenants et aboutissants, et pour mieux comprendre pourquoi notre club va si bien.

Bonne lecture,

Docteur CH

Faut-il remplacer Markov?

17 novembre 2010

Ainsi donc, Andreï Markov sera absent pour une longue durée indéterminée.

Drôlement, il semble y avoir un consensus général à l’effet que cette absence, bien que regrettable, n’affectera pas outre mesure le rendement du CH. Direction, joueurs, entraîneurs, journalistes connaisseurs du hockey, journalistes de RDS, amateurs, tout le monde s’entend sur le fait que Markov est un grand joueur mais qu’il ne sera pas regretté autant que lors des récentes absences.

En effet, la défensive est assez bien équipée pour traverser le désert. Hamrlik et Spacek ont trouvé leur forme de saison, Gill et Gorges sont toujours aussi efficaces et Subban, malgré sa cockiness reprochée par le grand vétéran (!) et très respecté (!) Mike Richards, joue vraiment à la hauteur.

Et notre sixième défenseur, celui qui donne raison à Pierre Gauthier d’avoir échangé O’Byrne et de ne pas avoir offert de contrat à M.A. Bergeron, joue de façon merveilleusement responsable. Bien sûr, on est loin des capacités offensives de Markov, mais Alex Picard effectue quand même un travail très respectable : différentiel de +8 en 10 matchs, seulement 3 revirements à son insu, une bonne capacité à bloquer les tirs et frapper les adversaires et, preuve de sa responsabilité, aucune pénalité.

Bref, Markov est un gros morceau, et le remplacer par un seul joueur serait difficile voire impossible. La solution est de le remplacer par 6 joueurs qui en donnent un peu plus. Facile. Et on a éventuellement 3 gars capables de remplacer en cas de blessures en Alex Henry, Yannick Weber et Mathieu Carle.

—————–

Maintenant, reste à voir la durée approximative de l’absence de Markov. Parce que lorsqu’un joueur est placé sur la liste des blessés, son salaire n’est plus comptabilisé sur la masse salariale (oui, il reçoit quand même son salaire), jusqu’à son retour. Ce qui fait que le CH sauve les 5,75M$ de Markov jusqu’à son retour. Selon la durée de son absence et le rendement de l’équipe, le CH pourra peut-être s’offrir un cadeau à la date limite des échanges. Mais le meilleur cadeau serait Markov, selon moi…

Bonne journée et on se prépare pour les ex-Canadiens Bouillon et Kostitsyn demain contre Nashville.

Docteur CH

Le mal-être des Flyers…

17 novembre 2010

Je n’aime pas jouer contre Philadelphie.

J’adore jouer contre un meneur de division, contre la meilleure fiche des 10 derniers matchs, contre la deuxième puissance offensive de la LNH, contre Carter, Brière, Giroux, Leino, van Riemsdyk, Zherdev, Pronger, Timonen, Coburn, Bobrovsky…

Mais je déteste jouer contre les Flyers de Philadelphie. Les Flyers sont un fantôme d’un passé pas très glorieux d’un point de vue humain, ils sont le boulet qui empêche la LNH d’évoluer vers une ligue spectaculaire et robuste tout en étant respectueuse.

Comme une compagnie forestière au Québec ou un pêcheur de baleines japonais, les Flyers jouent sur l’absence ou la mollesse des règles pour se rendre au sommet. On invoque la légalité ou la mauvaise protection de la victime pour justifier une mise en échec vicieuse et dangereuse. Comprenez-moi bien, je ne suis pas un Courchesniste, je pense que la robustesse fait partie du hockey. Mais à mon avis, il y a un monde entre une mise en échec comme celle-ci et une autre comme celle-ci.

Andrej Meszaros nous a brassés hier, et pas juste un peu, mais il l’a fait correctement. Darroll Powe, lui, a frappé Halpern alors que ce dernier était face à la bande. Ben non, c’est pas interdit, mais quand le gars fait déjà face à la bande, et qu’il est penché en plus, ça prend un léger manque de jugement pour profiter de l’occasion.

Les Flyers représentent une excellente équipe de hockey. La pression que leur imposent leurs fans qui vivent dans le rêve des Broadstreet Bullies, et à laquelle ils répondent en engageant des joueurs vicieux et dangereux, finira bien un jour par jouer contre eux. La LNH commence à sévir plus fortement cette année, espérons que cette tendance se maintienne.

Parce que pour l’instant, c’est ridicule. Des gars comme Richards, Hartnell, Carcillo et Powe sont parfaitement capables de jouer au hockey. Mais ils sont aussi capables de jouer dur et, quand il le font, ils s’en tirent avec des inconduites de partie dans les 10 dernières minutes. Pas de désavantage numérique, pas de suspension, pas d’amende. Et on renchérit en envoyant Jody Shelley dans la dernière minute.

Le pire dans tout ça est que Philadelphie ne ferait pas long feu dans l’Ouest, où le jeu est plus intelligemment robuste. Richards n’est pas Iginla et il ne le sera jamais. Hartnell n’arrive pas à la cheville de Dustin Brown. Et Carcillo est ridicule face à Steve Ott. Bref, les Flyers sont trop morons pour l’Ouest. À preuve, leur fiche de 1-2-1 face à ces équipes.

Trop morons pour l’Ouest, et trop vicieux pour l’Est. Depuis toujours et, espérons pour le hockey, plus pour très longtemps. Un jour, quand ils leur manquera quelques gars à cause de suspensions et que d’autres seront sur le banc des pénalités, ils perdront contre les Islanders. Et ils seront alors la risée de la LNH…

Docteur CH

 

Le Quiz du Docteur…

17 novembre 2010

Clarke MacArthur, du Toronto, a terminé la rencontre d’hier soir contre Nashville avec 3 points et un différentiel de -4.

Comment a-t-il fait?

On se rappelle qu’un joueur obtient +1 s’il est sur la glace quand son club marque et -1 s’il est sur la glace quand l’adversaire marque. Ça s’applique pour le jeu à 5 contre 5, 4 contre 4 ou en désavantage numérique, mais pas en avantage numérique.

Donc, comment a-t-il réussi cet  »exploit »?

Faut-il réellement s’en faire?

14 novembre 2010

Ainsi, Markov s’est blessé hier. Disons que ça coupe un peu les célébrations de cette victoire contre ce club ridicule qui ne comprend pas que ça prend des défenseurs défensifs devant son gardien, si bon soit-il.

Oui, ça fait mal de voir Markov avoir mal comme ça. OK, l’examen par reconnaissance magnétique n’a pas eu lieu. Déjà, les journalistes s’excitent sur Twitter pour être les premiers à annoncer la nouvelle. Certains parlent de trois mois d’absence. Sur quelle base? Des sources, disent-ils. Je pense qu’avant de dire quoi que ce soit, nous devons attendre l’annonce officielle du club, qui devrait venir en début de semaine. Donc, on ne sait pas encore pour combien de temps. Mais on a deux indices.

1. Le coup de poing de Markov asséné à la bande démontre qu’il est choqué. Vous le connaissez, Andreï n’est assurément pas le genre à réagir de la sorte pour rien.

2. Moins psycho-pop, la sortie de glace de Markov s’est faite sur une jambe, sans trop mettre de poids. Toutefois, aussitôt sorti de la glace, il a marché seul. J’ai bien hâte de voir le résultat.

Donc, je pense bien qu’avant de vous parler du fait que l’absence de Markov sera moins difficile que par le passé, que Spacek et Hamrlik sont maintenant réchauffés, que Subban nous a montré sa capacité à gérer un power play, de l’efficacité de Picard, des rumeurs de signatures et d’échanges, des opinions de journaleux à l’effet que le CH ne devrait pas resigner Markov, avant de parler de tout ça, je vais attendre de voir les résultats des examens.

Crime que je prends ça smooth, c’est parce que je pars positif.

Docteur CH

O’Byrne has left the building…

11 novembre 2010

Eh bien oui, celui qui avait volé la référence d’homonyme à la couleur de cheveux ira poursuivre sa démolition du brun noisette ailleurs.

Ce n’est pas une surprise pour personne. Avec la bonne tenue de notre top sept défensif et l’assurance que Weber pourra bientôt entrer dans la LNH, il n’y avait aucune raison de garder sur le banc un joueur qui doit jouer pour se développer. O’Byrne prend donc le chemin des montagnes de Denver, en échange du jeune Michael Bournival, qui joue pour Shawinigan dans la LHJMQ.

Il n’est pas dit qu’O’Byrne ne deviendra pas un bon défenseur. Il n’a encore que 26 ans, ce qui est jeune pour un défenseur de 6pieds5. Moi je connais un défenseur de 6pieds7 qui a attendu d’avoir 30 ans avant de devenir bon. Il s’appelle Hal Gill, et il est aujourd’hui un lock pour finir sa carrière à Montréal.

Quant à Bournival, on ne parle pas d’un grand joueur offensif. 5pieds11 180 livres, il s’agit plutôt d’un centre two-way, c’est-à-dire qu’il joue bien autant à l’attaque qu’en repli défensif. On dit de lui qu’il a une motivation incroyable et qu’il a le sérieux d’un Cammalleri. On parle fort probablement d’un centre de 3e trio avec une longue carrière. Très intéressant considérant qu’O’Byrne était notre 8e défenseur…

Pourquoi donc l’Avalanche a-t-elle conclu cet échange? C’est que Colorado joue en ce moment avec 4 défenseurs recrues, à cause des blessures à 4 réguliers. De plus, on parle d’une défensive où trois éléments importants sont sous les 6pieds, et personne au-dessus de 6pieds2.

Ryan O’Byrne cadrera donc davantage au Colorado. Parce qu’à Montréal, O’Byrne s’est fait out-présence-physique-er par Gill, et même aussi par Alex Henry, qui demeure un rappelé éventuel d’Hamilton en cas de besoin de robustesse. Et Picard est drôlement plus efficace, à la moitié du prix.

Justement, la question de la masse salariale refait surface. Parce qu’avec le départ d’O’Byrne, le CH économise un million quelque. La machine à rumeurs est partie, on cherche un ailier pour relancer Gomez. Bill Guerin? Owen Nolan? Marek Svatos? Evgeny Artyukhin? Crosby contre Lapierre? Iginla contre Spacek? Pourquoi ne pas sortir Brunet de la retraite et faire d’une pierre deux coups?

Et vous, qu’en pensez-vous?

Clash of the Titans

9 novembre 2010

Bon, ça fait un peu gros comme titre, mais je gagne ainsi des visites lorsque les gens chercheront des informations sur ce film plutôt bidon. Ce titre démontre en fait que le match de ce soir voit s’affronter deux meneurs de division.

Il y a un certain temps que je ne vous ai pas fait part de mes états d’esprit. La raison est simple : le Canadien allait bien, et la mission de ce blogue est de vous aider à passer à travers les moments difficiles. Or, il appert, après 3 défaites en 4 matchs, que certains moussaillons commencent à craindre que le bateau ne prenne l’eau. Votre capitaine est là pour vous prouver le contraire.

3 défaites, donc. Mais aucune par plus de 3 buts. Ça, c’est positif. Les défaites ne sont donc pas causées par Price ou par la défensive. Par qui, alors? Vous vous en doutez, on nous l’a assez répété dernièrement. Les attaquants ne marquent pas, et le power play est inefficace.

Prenons nos vedettes* : Gomez, Gionta, Cammalleri, Plekanec, Kostitsyn et Markov. 25 tirs contre Floride, 17 contre Columbus et 11 contre Ottawa. Ça suit donc une courbe descendante, tout comme la courbe de la qualité des gardiens affrontés lors de ces trois matchs.

Nous avons donc joué un excellent match offensif contre la Floride, mais nous sommes butés à Tomas Vokoun, un gars qui maintient un pourcentage d’arrêt en carrière de 91,6%, malgré le fait qu’il ait joué pour Nashville et Floride.

Contre Columbus, Mathieu Garon était en plein milieu d’une séquence de 135 minutes sans accorder un but. Red Hot.

Et contre Ottawa, eh bien, le spectre de l’Artiste est venu hanter les morons qui étaient aller marcher pour le garder à Montréal.

Bref, sans excuser les carences offensives des gars, je crois que de ces trois défaites, une seule, celle contre Ottawa, est réellement problématique. Les deux autres ont été le résultat de gardiens particulièrement fumants, et il faut leur accorder le mérite qu’ils méritent (…), leur job étant la pire au monde.

————

Maintenant que la panique s’est estompée, il faut garder le cap pour la semaine qui vient : Vancouver, Boston, Caroline et Philadelphie. Deux meneurs de division (Philly et Vancouver) et un qui nous talonne de près (Boston). Grosse semaine, donc, et elle commence contre un club que j’adore, les Canucks. Toujours la même histoire : les jumeaux Sedin qui jouent sur leur tête, Luongo dans les buts et une défensive ridiculement solide mais ridiculement souvent blessée, peu importe qui joue pour eux.

On se rappelle l’an dernier. Début de saison, voyage dans l’Ouest, premier match de Carey Price  »chez lui ». Résultat, défonce de 7-1 de Vancouver, devant les parents et la famille de Price. Carey s’en rappelle. Et je ne serais pas surpris que les gars y pensent aussi. Je vois donc un gros match pour le CH ce soir.

Et vous?

Docteur CH

*J’exclus PK parce que je ne pense pas qu’une recrue devrait être avoir à vivre la même pression qu’un joueur vedette établi.