Archive for février 2011

Comment devenir un goon?

28 février 2011

Behind the Net, le site d’experts en mathématiques du hockey, présente ce matin un article très intéressant sur l’évolution de la grosseur des pugilistes dans la LNH. À voir ici

Publicités

L’entité Kostitsyn

27 février 2011

J’ai récemment été mis en contact avec la théorie selon laquelle Andreï et Sergeï Kostitsyn ne seraient en fait que des enveloppes corporelles, occupées alternativement par l’âme Kostitsyn. Ainsi, les deux enveloppes corporelles posséderaient des habilités supérieures à la moyenne, mais ne seraient en mesure de les mettre en pratique que lorsque l’âme Kostitsyn les occuperaient. Celle-ci serait donc responsable du département de la motivation. J’ai cherché à tester cette théorie en analysant les résultats des deux frères, en comparant leurs points à chaque match. Les résultats sont probants…

Deux nouveaux Canadiens…

24 février 2011

Ainsi donc Pierre Gauthier continue sur sa ‘lancée’ de mouvements de personnel, en acquérant Brent Sopel et Nigel Dawes en échange de Ben Maxwell et un choix de 4e ronde. Allons donc voir en détail les tenants et aboutissants de cet échange :

Brent Sopel. Défenseur fiable en défensive, qui bloque des tirs en quantité (à égalité au 7e rang de la Ligue) et qui contrôle bien la rondelle, il est capable de la sortir de la zone par lui-même. Mais son plus gros avantage est son calme et son expérience en Séries. À ce sujet, il possède d’ailleurs le bijou le plus convoité par les joueurs de hockey. C’est une bague…

Nigel Dawes. On parle ici d’un petit joueur (5’9) qui aime faire sa place, un peu sur le modèle de Gionta ou Tyler Ennis. Toutefois, les comparaisons s’arrêtent ici parce que Dawes ne possède pas réellement d’instinct défensif. Au final, c’est cette carence défensive, bien plus que sa petite taille, qui l’empêchera de rejoindre l’alignement régulier cette année, et possiblement dans le futur aussi.

Le CH améliore donc sa défensive avec un autre joueur-mur. Sachant que les Séries sont un marathon de Gladiateurs, il est important de s’équiper d’une bonne armure qui pourra encaisser les coups. Cette année, cette armure sera composée principalement du triumvirat Gill-Hamrlik-Sopel, qui cumulent 378 tirs bloqués cette année, soit le plus haut total de la LNH pour trois coéquipiers. Au pourcentage d’arrêt actuel du CH (92%), ces 378 tirs bloqués représentent 30 buts accordés en moins.

Et qu’offre-t-on en échange?

Ben Maxwell. Un centre de deuxième en développement, Maxwell a été victime de la profondeur du CH au centre. À l’heure actuelle, Gomez et Plekanec occupent les deux postes offensifs. À moyen terme, Eller ou Desharnais remplacera Gomez, et, à plus long terme, Leblanc assurera le centre du 2e ou 3e trio (ça reste à déterminer). Maxwell était donc ‘le petit canard dans le jeu de quilles’ et aurait difficilement fait sa place à Montréal. À Atlanta, par contre, il aura une pléthore de jeunes ailiers fougueux à qui passer la puck. Un bel avenir en perspective.

Choix de 4e ronde en 2011. Gauthier a fait une réflexion très simple ici : le 4e choix du CH se trouvera dans les positions 110 à 125 au prochain repêchage, ce qui correspond grosso modo à un joueur comme Dawes. Un pour un.

Au final, il ne s’agit pas d’un échange extraordinaire. Tout de même, le CH met la main sur un bon défenseur fiable pouvant jouer jusqu’à 23-24 minutes par match sans problème et qui sera libéré cet été, ainsi qu’un joueur offensif à qui il devrait rester des munitions, que l’on devrait resigner cet été et qui pourrait nous surprendre au camp d’entraînement.

Docteur CH

S’il-vous-plaît, je vous invite à faire preuve de patience avec Brent Sopel. Un défenseur défensif, aussi bon soit-il, demande toujours une certaine période d’adaptation, surtout dans un système de jeu technique comme celui de Jacques Martin. Il fera quelques gaffes, mais rien pour écrire à Souray. En Séries, vous allez apprendre à l’aimer comme vous avez fait avec Gill la saison passée…

Est-ce que le Canadien a besoin d’une police?

10 février 2011

La question revient pratiquement après chaque match contre Boston ou Philadelphie, et dans une moindre mesure, contre Pittsburgh ou Toronto. Je vous sens pleins d’amertume et de cette impression très québécoise que l’on se laisse marcher sur la tête. Et à chaque fois que le CH perd un match physique, la question revient : Est-ce que le Canadien a besoin d’une police?

La réponse courte est simple : Le Canadien n’habillera jamais de goon tant que Jacques Martin dirigera le club. Il ne croit pas à la version agressive du hockey et préfère voir les clowns s’en aller seuls au banc des pénalités. Pas fou comme idée, se dit-on, lorsque l’on regarde les 4 buts en 7 occasions hier…

La réponse longue est vraiment plus longue :

1. Nous jouons dans une saison 6 matchs contre Toronto et Boston, 4 contre Pittsburgh et Philadelphie et peut-être 4 contre des clubs de l’Ouest du même genre. On parle donc d’un match sur quatre qui peut éventuellement nécessiter une police. Et je dis bien éventuellement.

2. Une vraie police (enforcer, goon, plombier, etc.), ça n’existe plus vraiment. Ils suivent difficilement le jeu, prennent la masse salariale et la place d’un jeune ou d’un joueur utilitaire et, surtout, ils vivent dans leur monde. Le Championnat poids-lourds de la LNH se dispute entre une dizaine de pugilistes, qui ne s’attaquent habituellement qu’entre eux. Les vrais goons ne s’attaquent pas à Spacek, Pyatt ou Subban, surtout pas avec une avance de 3 buts avec deux minutes à jouer. Ils ont un code d’éthique et de morale (oui!), rappelez-vous la chasse au Lucic…

C’était bien drôle, cette fois-là. Ça a calmé Lucic pour la peine. Sauf que ça ne crée pas d’attaque, et ça met dans le pétrin si Lucic arrive à prendre la rondelle et à se sauver. De la même façon, Laraque (ou n’importe quel autre bum) ne pouvait jamais matcher Lucic pour chacun de ses shifts, donc l’handicapé de Boston pouvait continuer ses niaiseries quand Laraque était au banc, sachant très bien que le gros Georges n’allait jamais le forcer à se battre.

3. Les saloperies de Thornton, Boychuk, Campbell et McQuaid en fin de match, il n’y a aucune défense contre ça. Tu répliques, tu prends une inconduite, tu ne répliques pas, tu te fais écraser la face dans la glace. Il n’y a aucune défense contre des innocents que la loi ne punit pas, j’en sais quelque chose. Techniquement, les arbitres et la LNH devraient empêcher ou punir ces comportements par des pénalités, amendes et suspensions. Mais Boston est un marché trop important, et le fils du préfet de discipline y joue, mais on veut difficilement croire que ça puisse peser dans la balance…

4. Bien que l’on se soit fait bardasser hier, le match s’est quand même soldé par un écart de seulement deux buts. C’était la première fois en carrière que Thomas accordait six buts, et il a avoué après la rencontre qu’il a de la difficulté à gérer le crash d’adrénaline. Bref, ça devient une distraction et ça sort les gars du plan de match. Par exemple, Bergeron, une passe, Chara, pas de points et -1, Thomas, 81,8 % d’efficacité.

5. À partir du moment où on élimine la possibilité d’engager un goon, il reste trois styles de joueurs phesiques, comme dirait Benoit : les dangereux (Lucic, Cooke, Ruutu, Carcillo, Armstrong, Kaleta), les gossants (Lapierre, Avery, Tootoo, Clutterbuck) et les polyvalents (Clowe, Clarkson, Brown, Ott, Neil).

On ne veut absolument pas de la première catégorie : ils n’ont aucune éthique et nuisent à l’équipe plus souvent qu’autrement.

La deuxième catégorie est celle des joueurs que l’on déteste parce qu’ils jouent pour l’autre club. Leur pouvoir d’allumer des feux est toutefois grandement diminué s’il n’est pas jumelé à celui d’un gros pompier pour le défendre. C’est une raison du départ de Lapierre.

La troisième catégorie est celle des joueurs que tout le monde veut dans son club. Ils sont gros, rapides, ils plaquent, ont une bonne vision du jeu et savent quand faire des folies sans nuire à l’équipe. Mais ces joueurs sont bien sûr rarement sur le marché des échanges, et ils sont très durs à développer, puisqu’il doivent apprendre à gérer leur potentiel de violence et le transformer en potentiel offensif. À Montréal, nous ne possédons pas de ce style de joueur, du moins, pas de pur-race, juste du mélangé. Moen est un joueur intelligent et robuste, mais sa force est en défensive, ce qui est encore plus rare, remarquez. Et Pacioretty pourrait en être un s’il fusionnait avec Ryan White.

6. Donc, la solution ne se trouve pas nécessairement sur le marché des échanges. Il est clair qu’on accepterait un power forward robuste dans la formation. Mais je crois qu’il ne faudrait pas s’empresser de trouver un bum juste parce qu’il est bum, il doit savoir joueur au hockey. Autrement, on peut décider de garder le même club, qui accepte de manger des coups – légaux, bien sûr – pour compter des buts. L’exemple est gros, mais Detroit joue du beau et bon hockey en n’a purgé que 8 pénalités majeures depuis le début de la saison (Montréal est à 23 et Boston, les  »meneurs », en ont 56).

Bref, attention aux fans et journalistes qui exigent la présence d’un goon dans l’alignement du CH. Un jour, la violence gratuite sera punie. Et quand ce jour viendra, nous serons préparés…

Bon match

Docteur CH

L’Observatoire du CH

9 février 2011

La semaine dernière, je vous présentais les prévisions mathématiques sur le rendement offensif du Canadien, basées sur les statistiques de l’an passé et de cette saison. Voici donc le suivi après 4 matchs :

Joueur/Matchs/Points par match prévu/Points par match actuel/Différentiel

Scott Gomez : 4/0,72/0,50/-1

James Winsniewski : 2/0,72/0,50/+1

Brian Gionta : 4/0,56/0,75/+3

Tomas Plekanec : 4/0,47/0,75/+2

Benoit Pouliot : 4/0,44/0,00/-1

Mathieu Darche : 4/0,38/0,00/-3

Andrei Kostitsyn : 4/0,38/0,25/-1

Jeff Halpern : 4/0,22/0,25/+1

Voilà, je vous ai mis les principaux ici. Ça nous montre quoi? Comme toujours, Plekanec et Gionta répondent aux attentes, et même plus. Pouliot, Gomez et Kostitsyn devront en donner un peu plus, et cela devrait être facilité par le retour de Oiseau. Bref, l’échantillon est encore trop petit pour juger. En attendant, ces 3 victoires en 4 matchs nous permettent d’être beaucoup plus patients avec ceux qui se traînent les pieds…

Bon match

Docteur CH

 

Scotty G non-stop…

1 février 2011

Hier, je vous parlais des joueurs qui devraient connaître un bonne fin de saison offensive pour le CH, au premier plan Scott Gomez. Je me suis donc penché sur le cas Gomez : si l’on dit qu’il peut racheter sa saison avec une bonne production down the stretch vers les Séries, c’est que sa saison a besoin d’être rachetée. À quel point peut-on justement qualifier la saison actuelle de désastreuse? Allons voir…

Premièrement, au niveau des buts marqués, il y a clairement une diminution.

Saison                            Buts/Match

99-00                                0,23

00-01                                0,18

01-02                                0,13

02-03                                0,16

03-04                                0,18

05-06                                0,40

06-07                                0,18

07-08                                0,20

08-09                                 0,21

09-10                                 0,15

10-11                                  0,13

MOYENNE                           0,20

MOYENNE (sans 05-06)      0,18

On remarque tout de suite les résultats de 05-06, qui détonnent clairement avec le reste. Par rapport à sa moyenne de carrière, 05-06 représente une hausse de 16 buts à son total habituel. Donc, si on retranche cette saison du calcul de la moyenne, on obtient un écart de 0,05 but/match entre la saison actuelle et sa moyenne de carrière. o,o5 but/match, c’est l’équivalent de 4 buts. Cette diminution, bien que minime, serait-elle due à un manque de talent? Gomez a-t-il perdu sa touche en vieillissant?

Saison                            Pourcentage de tirs

99-00                                9,3

00-01                                9,0

01-02                                6,4

02-03                                6,4

03-04                                7,4

05-06                               13,5

06-07                                5,2

07-08                                6,6

08-09                                 5,9

09-10                                 6,7

10-11                                  6,8

MOYENNE                           7,6

MOYENNE (sans 05-06)      7,0

Encore une fois ici, la saison 05-06 est une anomalie et, si on l’élimine du calcul de la moyenne, Gomez a marqué sur 7% de ses tirs en carrière. La valeur de cette année est donc en plein dans la moyenne, et est même supérieure à celle de six saisons. Loin d’être un sniper, Gomez a toutefois la particularité d’être un tireur stable dans la réussite. Mais il demeure un fait important, et le tableau suivant nous confirme une impression que nous avons tous lorsque Gomez se présente à deux contre un…

Saison                            Tirs/Match

99-00                                2,5

00-01                                2,0

01-02                                2,1

02-03                                2,6

03-04                                2,4

05-06                                3,0

06-07                                3,4

07-08                                3,0

08-09                                 3,5

09-10                                 2,3

10-11                                  1,8

MOYENNE                           2,6

Remarquez comment les valeurs de 05-06 ne détonnent plus autant…que celles des deux dernières années. Il est clair que l’alignement actuel du Canadien entoure Gomez de meilleurs tireurs que ne le faisait celui de New York, lui permettant de se concentrer sur la fabrication de jeux. Or, c’est précisément dans cet aspect du jeu que ressortent les difficultés de Gomez :

Saison                            Assists/Match

99-00                                0,62

00-01                                0,65

01-02                                0,50

02-03                                0,53

03-04                                0,70

05-06                                0,62

06-07                                0,65

07-08                                0,67

08-09                                 0,55

09-10                                 0,60

10-11                                  0,42

MOYENNE                       0,59

Gomez connaît donc à l’heure actuelle sa pire saison en carrière, et de loin, au niveau des passes. Par rapport à sa moyenne de carrière, c’est une diminution de 14 passes par saison. Scott doit donc produire 20 passes dans les 32 derniers matchs pour rattraper sa moyenne de carrière, et calmer les foules. Cela est parfaitement réalisable, surtout si sa propension à lever son jeu d’un cran en fin de saison est encore une fois confirmée.

Bref, Gomez a connu un début de saison difficile, et il est clair que sa performance en 2005-2006 est une anomalie. Plutôt que le point par match, on peut espérer de Scott un rendement autour de 60-70 points par saison, ce qui est parfaitement acceptable. Oui, son salaire est élevé, mais c’est parce qu’il inclut les avantages qualitatifs : remarquez la demi-seconde pendant laquelle les joueurs adverses révisent leur positionnement quand Gomez reçoit la rondelle en zone offensive. Et, sans fausse modestie, Gomez est encore meilleur que moi, et qu’au moins 800 joueurs de la LNH, pour entrer la puck dans la zone et la feeder à Oiseau ou à PK…

Bon retour au vrai hockey,

Docteur CH