Les droits et devoirs du fan, extrait

24 avril 2011

Le fan a droit d’être déçu par l’issue du match, seulement si ce sentiment est utilisé pour augmenter sa ferveur pour le match suivant;

Le fan n’a pas le droit d’espérer un règlement rapide d’une série au désavantage de son club pour ‘se libérer’ des obligations du fan, parce qu’il n’a aucune idée de ce que représente de joueur en Séries;

Le fan a droit en tout temps d’arrêter de croire en son club, mais ne peut réintégrer les rangs de la fannerie lorsque son club gagne le septième match;

Le fan doit garder sa barbe des Séries tant que son club est en vie, même si elle gagne en inconfort après une défaite en deuxième prolongation;

Le fan doit en tout temps se souvenir que l’an dernier, le CH était dans la même situation après 5 matchs…

Docteur CH

Publicités

Le match en une stat, 5e match

24 avril 2011

Samedi 23 avril 2011, victoire de Boston 2-1 en 2e prolongation.

La statistique du match : aucune, plutôt un symbole, celui ci (=)

Égal? Eh oui, égalité dans pratiquement toutes les statistiques : 51 tirs contre 45, 38 mises en échec contre 35, 21 tirs bloqués contre 20, 14 revirements contre 10, 4 pénalités contre trois, égalité au cercle de mises en jeu, personne avec plus d’un point, 40:38 pour Subban (!) contre 37:06 pour Chara…

Égalité partout. Et qu’est-ce que ça donne, un match égal en Séries? Une prolongation, deux prolongations…et éventuellement, un but. Et hier, ce but n’a pas été à notre avantage. Nous sommes donc condamnés à joueur deux matchs en 24 heures…

Docteur CH

Le hors-jeu

22 avril 2011

Les Bruins étaient-ils hors-jeu sur le but de Ryder en prolongation? Le photo du bas devrait vous aider à répondre (je suis désolé pour la qualité, c’est un still de youtube).

Je remarque deux choses :

1. Recchi (au centre) est hors-jeu. La rondelle entre dans la zone et Recchi y a déjà le pied droit.

2. Spacek affronte un 3 contre 1. Les gars ont fait un mauvais changement, doivent donner une go pour se replier et sont un peu perdus dans leur zone.

Donc oui, il s’agit bel et bien d’un hors-jeu. Mais au-delà de l’erreur de l’arbitre, le règlement le plus important n’a pas été respecté : reste focus, surtout en Séries, surtout en prolongation.

Malgré tout, un très beau match de nos hommes. Et une belle série serrée, avec un maximum de pression, aucune place pour l’erreur et pas de lendemain. Bref, tout ce qui avantage le CH!

Retour d’après-match sur la statistique d’avant-match

22 avril 2011

Ainsi donc, je prétendais hier que le retour de Halpern aiderait le CH sous deux facettes : les mises en jeu et le temps de glace de Plekanec en désavantage numérique. Résultat?

Après des pourcentages d’efficacité de 41, 47 et 45% au cercle de mise en jeu, le CH a fait un peu mieux hier, avec 48%. Rien d’extraordinaire ici. Nous avons toutefois une réelle amélioration au niveau des premiers centres. Gomez, qui était à 33,3% de moyenne en 3 matchs a gagné 42% de ses mises en jeu; Plekanec, d’une moyenne de 44,8%, a gagné 53%; Halpern, lui, s’est imposé dans 67% de ses présences au cercle.

Au niveau du remplacement graduel de Plekanec par Halpern sur les désavantages numériques, l’échantillon est franchement insuffisant. Raison? Une seule pénalité pour le hommes à Jacques hier. Ça, c’est très solide.

Le match en une statistique, 4e match

22 avril 2011

Jeudi 21 avril 2011, 4e match de la série, victoire de Boston 5-4 en prolongation.

La statistique du match : 7

Sept matchs, c’était ma prédiction pour la victoire du CH. Et de toutes les prédictions que j’ai vues passer (et on parle de beaucoup), une seule personne mettait Montréal vainqueur en 5. Techniquement, seule cette personne peut être déçue de la défaite d’hier. D’autant plus qu’une défaite en prolongation, ça tient toujours d’une quelconque malchance, parlez-en au Lightning…

Sept match, ça veut dire 4 victoires, bien sûr, mais aussi 3 défaites. Nous en sommes à deux maintenant, et vous connaissez le goût du drama de vos hommes.

Bref, je n’ai qu’une chose à dire. Après 4 matchs l’an dernier, Washington menait la série 3-1.

Voilà

Docteur CH

L’avant-match en une statistique…

21 avril 2011

En prévision du match de ce soir, quatrième de la Série, voici une nouvelle formule, la statistique qui pourrait influencer le match.

La statistique d’avant-match : 56,9%.

56,9%, c’est l’efficacité de Jeff Halpern sur les mises en jeu cette saison.

Eh oui, Halpern est peut-être un des joueurs les moins payés du CH, mais il existe une corrélation inverse entre son rang salarial dans l’équipe et son impact sur celle-ci.

Ainsi donc, ce 56,9% d’efficacité au cercle de mise en jeu place Halpern parmi le top 10 de cette saison pour les joueurs ayant pris part à au moins 500 mises au jeu. Il s’agit déjà en soi de tout un exploit.

En quoi cette statistique aidera-t-elle?

Premièrement, nos deux premiers centres sont loin de brûler la ligue au cercle : Plekanec (44,8%) et Gomez (33,3%) se font carrément manger par Bergeron (65,4%) et Krejci (55,3%). En réintégrant Halpern, Jacques Martin peut donc lui déléguer certaines mises au jeu importantes, et ainsi décharger un poids des épaules de ses premiers centres, qui pourront se concentrer sur les mises au jeu en territoire offensif. Et  comme on ne perd que très peu la rondelle, autant en prendre possession le plus tôt possible.

Deuxièmement, Halpern pourra jumeler sa précision sur les mises en jeu à son assiduité en désavantage numérique et prendre la place de Plekanec sur la première vague en infériorité. J’aime beaucoup Plekanec, mais il n’est pas (encore?) Pavel Datsyuk, il ne peut pas se permettre d’être le troisième joueur le plus utilisé sur le désavantage numérique. Ses 3 minutes par match à court d’un homme, qui plus est contre un club qui possède plusieurs atouts offensifs, entament sa capacité et son focus offensif.

Oui, Plekanec fait très bien l’affaire en désavantage numérique. Le Canadien est le seul club a ne pas avoir accordé un but en désavantage en Séries. C’est très solide. Mais avec le retour de Halpern, les énergies de Plekanec doivent être mises avant tout sur l’attaque. On a vu comment, outre-Chara, la défensive du Boston a de la difficulté à contenir notre vitesse. En leur envoyant Gomez-Gionta et Plekanec-Cammalleri alternativement, cela mêlera les cartes de Claude ‘Humpty Dumpty’ Julien et le forcera à opposer un de nos duos à des gars comme Boychuk ou Kaberle, ce qui entraînera des pénalités et, par extension, des buts.

En plus, les joueurs du CH sont d’accord pour libérer Plekanec d’une partie de sa mission défensive. La preuve? Du 21e rang de la LNH (13,4 minutes de pénalité par match), le Canadien est passé au 4e rang en Séries (10,7 minutes de pénalité par match). En termes clairs, on parle de 3 minutes de moins à court d’un homme, un power-play et demie.

Mise au jeu dans 3 heures, P’tit Buck dans 2…

Docteur CH

Le match en une stat (3e match)

19 avril 2011

Lundi 18 avril 2011, Victoire de Boston 4-2 à Montréal.

La statistique du match : 0,875.

C’est le pourcentage d’arrêt de Carey Price. 3 buts sur 24 tirs. Drôlement, cette statistique fait ressortir deux points qui n’ont rien à voir avec Carey et enlèvent de sur ses épaules la responsabilité de la défaite : le débalancement de la défensive et l’efficacité de cette même défensive. Toute est dans toute, disait Robespierre.

Sur le but de Krejci (0:18), Hamrlik se fait prendre à ligne bleue, sa position n’est pas couverte et Spacek se retrouve seul pour couvrir Bergeron et Krejci, qui sont loin d’être jambons.

Sur le but de Horton (1:11), la mêlée devant le filet crée les conditions gagnantes pour le passage de la gratte. Les gars semblent complètement perdus et Boston compte un but d’acharnement, qui vaut autant qu’un but de talent.

Sur le but de Peverley (1:53), on peut mettre la faut sur la sortie ratée de Price, mais il demeure que Peverley et Recchi sont seuls devant le filet. Je veux bien que Carey soit très bon avec la rondelle, mais lorsque le gardien sort de son filet, la réussite de l’entreprise dépend à 50% de la communication avec les défenseurs sur la position des joueurs adverses. Disons que sur ce but, Carey s’est un peu excité, et que la malchance l’a puni.

À l’opposé, presque tout le reste du match, y compris en avantage numérique, Boston est obligé de tirer de la périphérie. C’est la difficulté avec un système de jeu complet. Lorsqu’il fonctionne, comme c’est le cas 95%, le CH accorde 25 tirs à l’équipe qui a terminé au 3e rang de la LNH cette saison avec 32,9 tirs par match. Lorsqu’il connaît une défaillance, même mineure, le système repose alors sur la performance du gardien. Malgré ses extraordinaires performances, Carey ne peut tout arrêter et peut même commettre des erreurs parfois. Dans le cas du match d’hier, il y a eu concordance entre les défaillances du système et les parenthèses non-extraordinaires de Price.

Bref, Boston a besoin d’un alignement ésotérique pour compter des buts…

Le match en une stat (2e match)

17 avril 2011

16 avril 2011, 2e match, Victoire de Montréal 3-1.

La statistique du match : 0:00.

0 minutes, 0 secondes. C’est le temps de glace combiné de Zdeno Chara et Andreï Markov hier.

En quoi cette statistique est-elle importante? Chara et Markov sont parmi l’élite de la LNH. Ils ont le potentiel de changer un match à eux seuls. Toutefois, la différence majeure entre les deux hommes est l’identité de leurs partenaires. Alors que le CH présente une profondeur inouïe à la défense (Picard comme 11e défenseur, c’est très solide), le Boston est plutôt limité au-delà de son top 3, et carrément ligue-américanesque au-delà du top 6. À preuve, en l’absence de Chara, Claude Julien a surutilisé Kaberle et Seidenberg, deux défenseurs qui jouent bien en-deçà de leur potentiel depuis leur arrivée à Boston. Et le 6e défenseur, Shane Hnidy, n’a joué qu’un maigre 4:13.

Boston n’a donc aucun outil en l’absence de Chara. Ses collègues sont incapables de remplacer sa présence physique, son contrôle de rondelle, son tir en avantage numérique et, surtout, ils sont incapables de remplacer les 25 à 30 minutes par match où il donne l’impression aux fans du Boston que leur équipe possède une des meilleures défensives de la Ligue.

Pendant ce temps, Montréal gagne deux matchs à Boston sans son meilleur joueur.

Docteur CH

Deux précisions :

1. Non, je ne pense pas que la victoire du CH résulte seulement de l’absence du capitaine des Bruins. Les joueurs du Canadien ont encore une fois exécuté à la merveille : passes sur la palette, pression en zone offensive, repli défensif impeccable, tirs bloqués, peu de revirements, bonne présence physique, amélioration au cercle de mises en jeu, discipline, et ainsi de suite.

2. Non, surtout pas, je ne dis pas que Markov n’est plus nécessaire à Montréal. fin de la discussion, on en reparle en juin.

Si j’étais un homme, je serais capitaine…

15 avril 2011

Extrait du Livre du Docteur CH, Épître aux amateurs, Chapitre 3, Versets 3-6 :

‘Un capitaine est un homme qui donne l’exemple, qui refoule ses pensées négatives. Le capitaine est le dernier à cesser de croire en son club. Le capitaine agit de façon à avantager son équipe en tout temps, peu importe le résultat. Le capitaine est celui qui rappelle à ses hommes qu’une série dure au minimum quatre matchs’

Non mais quel clown! La même face qu’après L’Évènement

Le match en une statistique…

15 avril 2011

Pour les Séries 2011 du Canadien, le Docteur CH tentera de vous résumer chaque match en utilisant une seule statistique. Le défi sera de trouver LA statistique significative dans le résultat.

14 avril 2011, premier match de la série, victoire du Montréal 2-0. Statistique du jour : Globalement, le Canadien n’a commis qu’un seul revirement. En effet, PK Subban a été le seul joueur du Canadien à se faire attribuer un giveaway (remise de la rondelle à l’adversaire par erreur).

Pourquoi cette statistique est-elle importante? Parce que dans un système de jeu reposant sur le contrôle de la rondelle, la perte de celle-ci force un repositionnement rapide, qui fatigue les joueurs et les détourne de leur mission offensive. Étant donné le faible rendement du CH au cercle de mise en jeu (globalement, 41% d’efficacité), il est important de garder la rondelle lorsqu’on l’a en sa possession.

En quoi cette statistique est-elle plus importante que les autres? Parce que durant la saison régulière, trois de nos défenseurs (Winsniewski, Gill et Subban) ont terminé dans le top 30 de la LNH pour le nombre de giveaways chez les défenseurs. Ils en ont commis 185 à eux seuls en saison, il s’agit donc de la preuve que nos gars deviennent plus focus en Séries.

Voilà, quand on a la rondelle, Boston ne l’a pas et doit essayer de nous l’enlever, si ils arrivent à nous rattraper…

Docteur CH